Accueil > Événements > Expositions temporaires > Courbet caricaturé… De la barbe aux sabots

Courbet caricaturé… De la barbe aux sabots

Ferme Courbet

« J’ai toujours trouvé souverainement ridicule qu’on me demande l’autorisation de publier mon portrait de quelque façon que ce fut. Mon masque appartient à tous. ».
C’est ainsi qu’en 1867, dans un contexte de contrôle de la presse, Gustave Courbet se fait défenseur de la liberté de caricaturer auprès d’un journaliste du Hanneton. D’abord moqué pour ses peintures paysannes, sans que sa personne soit identifiée aux yeux du public et sous les traits des caricaturistes, Gustave Courbet fait irruption sur la scène artistique du XIXème siècle avec fracas, s’imposant comme le meneur de la génération réaliste. Devenant homme public et artiste reconnu, Courbet devient rapidement l’un des sujets favoris des caricaturistes, traité avec des attributs clairement identifiés tels que sa barbe, sa palette de peinture, son ventre grossissant, sans oublier bien sûr la Colonne Vendôme, évoquant le célèbre épisode de la Commune de Paris et symbolisant, bien malgré lui, la chute d’un artiste au centre des discussions et des débats.
L’exposition traite de l’évolution des stéréotypes corporels utilisés pour croquer Gustave Courbet, à travers les dessins humoristiques, souvent satiriques des grands caricaturistes de l’époque comme Cham, Quillenbois, André Gill ou encore Daumier. Une redécouverte du « phénomène Courbet » que l’art de la caricature nous présente de la tête aux pieds.

En partenariat avec l’Institut Gustave Courbet

Visites de l’exposition temporaire Courbet caricaturé … De la barbe aux sabots. Plus de renseignements ici.

André Gill, Courbet à la palette et au bock de bière, dessin à la plume, vers 1867, Ornans, Musée Gustave Courbet © Musée Gustave Courbet / photo : Pierre Guenat