Home > Sentier > Parcours Salon du peintre – Plaisir-Fontaine

Parcours Salon du peintre – Plaisir-Fontaine

A vélo ou pour une grande marche autour de sites, sujets de nombreuses œuvres de Courbet… Départ du chemin de LA MALCOTE (1). Lors des séjours du peintre dans la vallée, c’était par ce chemin qu’il se rendait au Ravin du Puits Noir et qu’il pêchait la truite de nuit avec son ami Jean Jean de la Malcote. Poursuivez jusqu’au PUITS DE LA BREME (2), d’une profondeur de 35 mètres, qui se prolonge par une vaste galerie explorée sur 1000 mètres. En longeant la rivière, vous trouverez ensuite le célèbre RAVIN  DU PUITS NOIR (3), un des sites préférés du peintre. En 1855, il en exposa l’une de ses premières représentations, Le ruisseau du Puits-noir, vallée de la Loue (Washington, National Gallery of Art). Ce fut son premier vrai succès en tant que peintre de paysage. Direction le ruisseau de PLAISIR-FONTAINE (4), la grotte et le rocher du tourbillon. Ces sites naturels ont inspiré Courbet pour de nombreux tableaux, à l’image de La remise de chevreuils au ruisseau de Plaisir-Fontaine (1866, Paris, Musée d’Orsay). Enfin, sur le chemin du retour vers Ornans par l’ancien château, descendez en passant par les fermes pour découvrir la FONTAINE AUX VIPÈRES (5). Ce lieu, qui alimentait le château en eau, permettait aux femmes d’y faire leur lessive, tout en cancanant sur les habitants du village. Le terme de « vipères » est associé à cette pratique plutôt qu’à la présence de reptiles.

1LA MALCOTE SUR LE CHEMIN DU PUITS DE LA BREME

Latitude : 47°6'49.74"N / Longitude : 06°7'1.60"E

La route d’Ornans 

Pour Courbet, lors de ses fréquents séjours dans la vallée de la Loue et notamment dans la demeure de la famille Ordinaire, à Maisières, le chemin le plus court pour se rendre au Ravin du Puits Noir passe par la ferme et le chemin de la Malcote.

La Malcote, ancienne route médiévale d’accès au plateau, permettait de rejoindre Besançon par les villages de Tarcenay ou de Malbrans, elle tient certainement son nom du substrat argileux qui la constitue, peu adapté au passage des chariots et voitures. Avec la construction du pont sur la Brême, ce chemin, aujourd’hui abandonné pour partie, donne toujours accès au lieudit de « la Malcote » dépendant du village de Maisières et de l’Hermitage de Notre- Dame du Chêne. C’est aussi dans ce lieudit que vivait Jean Jean de la Malcote qui partageait avec Courbet des parties de pêche nocturne mémorables, pêche à la truite et à l’écrevisse sur les propriétés de la famille Ordinaire à Maisières.

2PUITS DE LA BREME

Latitude : 47°7'10.61"N / Longitude : 06°7'11.02"E

Un phénomène hydrogéologique surprenant

Creusé dans les calcaires compacts de la couche stratigraphique du Bathonien (jurassique moyen 170 millions d’années), ce puits noyé de 35 mètres de profondeur est un regard sur un énorme conduit souterrain. Il se prolonge en amont par une vaste galerie encombrée de blocs et explorée sur 1000 mètres. La galerie aval est bloquée par l’énorme éboulis que l’on peut apercevoir au pied du puits.

Le Puits Noir n’était qu’un ancien puits de la Brême que l’évolution hydrogéologique a fossilisé. Il est actuellement remblayé et situé sous la Route de Tarcenay. Ce gouffre constitué de 2 puits parallèles descendait à une profondeur de 30 mètres.

Par abus de toponymie, ce secteur du ruisseau de la Brème va s’appeler le puits Noir et sera immortalisé sous cette appellation par Gustave Courbet.

L’étude globale de ce grand système souterrain permet d’estimer son bassin d’alimentation à 300 km2.

Déjà signalé comme un phénomène majeur en 1923 par le Professeur E. Fournier (hydrogéologue à l’Université de Besançon), l’étude scientifique des circulations souterraines de ce système se poursuit depuis 1978.

3LE RAVIN DU PUITS NOIR

Latitude : 47°7'41.83"N / Longitude : 06°7'40.53"E

Une confusion existe entre les dénominations puits Noir, ravin du puits Noir et Puits de la Brême. A l’image du Puits de la Brême, le Puits Noir n’était qu’un ancien puits, véritable cheminée d’équilibre d’un énorme système de circulation d’eau souterraine. L’accès au ruisseau de la Breme se fait donc par l’ancienne ravine du Puits Noir. Le puits noir reste l’un des sites préférés du peintre. En 1855 lors de l’Exposition universelle, il dévoile l’une des premières représentations de cet endroit Le ruisseau du Puits-noir, vallée de la Loue (Washington DC, National Gallery of Art), la peinture lui apporte son premier vrai succès en tant que paysagiste. Débute alors une série de tableaux entre 1860 et 1865 du site : Le puits noir de Baltimore, Le ruisseau couvert d’Orsay.

Cette beauté du site est d’ailleurs confirmée par Courbet dans une lettre de 1866 à son mécène Alfred Bruvas : « Je vais vous envoyer un superbe paysage de solitude profonde, fait au fond des vallons de mon pays. C’est le plus beau que j’ai et que j’ai peut-être fait dans ma vie ».

4PLAISIRFONTAINE

Latitude : 47°8'18.93"N / Longitude : 06°9'43.66"E

Le ruisseau, la grotte, le rocher du tourbillon

Situé sur la commune de Bonnevaux-le-Prieuré, le ruisseau de Plaisirfontaine prend sa source dans la grotte du même nom. Ce site est classé depuis 1912.

C’est un autre lieu que le peintre aimait particulièrement. Ce lieu si cher à Courbet sera repris dans la célèbre toile : La remise de chevreuils au ruisseau de Plaisirfontaine. Actuellement exposée au Musée d’Orsay, elle fut présentée avec succès au Salon de 1866 et accrochée à une place d’honneur.

Revenant sur l’exposition, Courbet écrit à son ami Cuenot : « Ils sont enfin tués. Tous les peintres, toute la peinture est sens dessus dessous. Le comte de Nieuwerkerke m’a envoyé dire que j’avais fait deux chefs d’œuvres (dont La remise de chevreuils) et qu’il était enchanté. Tout le jury a dit la même chose sans aucune objection. J’ai le grand succès de l’exposition sans conteste… ».

Affluent de rive droite du ruisseau de la Brême, le ruisseau souterrain sort d’une proche grandiose, prolongé de plusieurs galeries de dimensions respectables pour sa partie fossile. L’exploration totale est plus technique et complexe et nécessite de franchir des siphons pour découvrir les 1100 mètres de galeries. L’origine des eaux est encore inconnue et n’a aucune relation avec le Grand Gouffre visitable de Poudrey.  Gustave Courbet a intégré le ruisseau de Plaisirfontaine dans ses œuvres tout en mélangeant le site du Ravin du Puits Noir avec ce site.

5FONTAINE AUX VIPERES

Latitude : 47°6'51.11"N / Longitude : 06°8'23.83"E

En redescendant sur Ornans via les fermes du Château, l’on peut découvrir une source implantée à l’interface des bancs argileux et des grandes barres de calcaires.

Depuis longtemps cette source est captée pour alimenter en eau les habitants du château d’Ornans. Elle permettait de compléter l’apport des citernes. Cette fontaine permettait également avec ses bassins composites d’y faire les lessives. C’était aussi l’occasion pour les lavandières de « cancaner » sur la population ornanaise. Le terme de « vipères » est associé à cette pratique plutôt qu’à la présence de reptiles. Courbet peint un tableau de ce lieu depuis le chemin des fermes qui surplombe la fontaine